Windows server vs Linux

À l’heure où les supports OS serveur de Microsoft ne pourront plus assurer de soutien technique, plusieurs entreprises et particuliers doivent mettre leur système à jour. Il y a matière à hésitation entre Windows Server et Linux Server au moment de choisir son système d’exploitation, étant donné que l’on a affaire à deux philosophies différentes. Voici les principales différences entre Windows Server et Linux server.

Open source vs modèle propriétaire

Il s’agit de la différence fondamentale entre les deux systèmes d’exploitation. Le code source de Windows, qui fonctionne sur la base du modèle propriétaire, n’est pas accessible pour l’ensemble des utilisateurs et fonctionne par support payant. Linux, basé sur la philosophie de l’Open source, garantit l’accès pour tous à son code source.

Les deux systèmes comportent leurs avantages et leurs inconvénients selon le point de vue, et le débat n’est pas près d’être tranché. En donnant un accès public à son code fournisseur, Linux ouvre la porte aux risques que des développeurs mal intentionnés découvrent ses failles et les exploitent. En même temps, cette accessibilité permet à d’autres développeurs d’intervenir plus rapidement contre les actions malveillantes. Plus il y a d’utilisateurs, plus il y a de chances de trouver des solutions.

En revanche, l’accès restreint à Windows Server assure la sécurité du système d’exploitation, même si des coûts sont liés à son acquisition. La sécurité est intégrée dès le départ et le système comporte plusieurs niveaux de sécurité. La protection du site d’entreprise et même celle du Cloud sont garanties. Le système d’exploitation d’une entreprise et ses scénarios d’usage ne seront pas menacés.

L’interface graphique

Il est généralement reconnu que, sur le plan de l’interface graphique, Windows Server est une référence et qu’il est difficile à battre sur ce terrain, même si Linux a fait des progrès considérables qui font que l’écart est moins grand qu’autrefois. L’interface graphique représente la clé du contact avec le système d’exploitation et plus elle est au point, plus il est facile d’utiliser le système d’exploitation.

Les utilisateurs de Windows Server sont familiers avec ses interfaces et il est facile de s’y retrouver et de repérer rapidement l’information. Ses fonctions d’ergonomie sont très importantes pour les utilisateurs fréquents et permettent de bien gérer ses outils d’administration. L’interface efficace de Windows Server facilite également l’installation du système d’exploitation puisqu’il fournit des procédures claires et simples à suivre.

Cependant, s’il est possible d’avoir recours à des lignes de commande pour installer Windows Server, Linux détient des lignes de commande dont les fonctions sont plus larges. Il suffit d’un terminal pour utiliser les lignes de commande de manière à contrôler les fonctions d’administration. Il est clair que l’utilisateur moyen ne se servira pas nécessairement de la ligne de commande, mais il s’agit d’un outil essentiel pour celui qui désire administrer son appareil.

Linux Server ne détenant pas l’interface ergonomique de Windows Server, les procédures d’installation varient selon le système et sont de qualité variable. Il est souvent nécessaire d’avoir recours à un expert de Linux pour l’installer. Quant à Windows Server, il peut être installé sans difficulté par celui qui dispose déjà d’applications Microsoft.

La résolution de problèmes

Là encore, les modes de résolution de problèmes chez Windows Server et chez Linux sont différents en raison de la philosophie propre à chacun. Le support assuré par Linux repose sur la communauté des internautes. Il est aussi possible de payer pour acquérir un support auprès d’une entreprise Linux, comme Novell, par exemple.

Ce vaste réseau est avantageux mais comporte aussi ses inconvénients. Si une aide immédiate est nécessaire, elle n’arrivera pas nécessairement tout de suite, cela dépendant du nombre de personnes disponibles au moment où la demande est effectuée. Le problème inverse peut aussi se présenter : on risque de recevoir un grand nombre de réponses d’inégale valeur et il faudra y mettre le temps pour en faire le tri.

Quant à lui, le support Microsoft lié à Windows Server donne une bonne sécurité à l’utilisateur et il existe aussi beaucoup de sites d’aide pour le système d’exploitation, même si le système payant de Windows Server assure que de l’aide pertinente sera trouvée.

Des licences différentes

Le fonctionnement de Linux en Open source implique aussi le partage gratuit et la distribution des modifications du code source, tandis que l’achat d’une licence est obligatoire pour l’obtention de Windows Server. L’achat d’une licence signifie que l’OS sera installé sur le nombre de postes voulu. Linux offre donc la liberté de modifier un logiciel et d’en faire l’usage désiré, que ce soit de la publication ou même de la vente.

Par exemple, avec l’acquisition du système d’exploitation Linux à licence GPL, il est possible, avec le téléchargement d’une seule copie d’une application, de l’installer sur tous les appareils désirés, sans limite de nombre. La licence Microsoft pour Windows Server impose quant à elle des limites. À l’achat de cinq licences, l’installation du système d’exploitation ne peut se faire que sur cinq appareils.

Par contre, chaque nouvelle version de Windows Server amène des améliorations. Par exemple, une licence d’accès temporaire et une licence d’accès client permettent la gestion des clients sans licence. La licence peut aussi fonctionner de manière supérieure grâce à l’accès au Cloud.

L’amélioration la plus significative dans le domaine des licences de Windows Server est le modèle par cœur, qui remplace l’ancien modèle par processeur. L’objectif est de concilier les modes public et privé du Cloud de manière à arriver à un modèle unique. Moyennant un coût un peu plus important, il devient possible de gérer sans problème des environnements Cloud multiples. Pour les serveurs les plus récents, il sera cependant nécessaire d’acheter quelques licences de plus.

Le support matériel : de complet à partiel

Le support matériel, grande difficulté liée à Linux autrefois en raison de la difficulté à bien sélectionner chaque pièce, ne représente presque plus un problème. Maintenant, il est possible de faire fonctionner en totalité le système d’exploitation Linux sur la plupart des portables.

Avec Windows Server, cette difficulté n’existe pas. Le système d’exploitation permet de faire fonctionner tout le matériel. C’est le côté pratique du mode propriétaire.

Si vous vous demandez quelles sont les dernières fonctionnalités de Windows Server, cet article est fait pour vous.

 

Pour lire plus d'articles comme celui-ci, visitez notre page Facebook.


Article précédent